L’opéra de Paris

Devenue une institution publique parisienne historique et symbolique, l’Opéra de Paris accueille dans ses somptueuses salles des oeuvres à couper le souffle. Des orchestres symphoniques joués par de talentueux musiciens sont organisés chaque année dans l’Opéra. Cette institution est organisée en 3 salles : l’Opéra Garnier, l’Opéra Bastille et l’Opéra Comique.

L’évolution des Opéras à Paris

l'opéra de Paris (75)Tout a commencé en 1661, lorsque Louis XIV fonde l’Académie royale de Danse. Son idéologie reflétait sa volonté de normaliser l’Art chorégraphique et de rassembler tous les artistes talentueux. Sous l’influence de Jean-Baptiste Colbert, l’Académie royale de Musique ouvre ses portes en 1669 : cette institution regroupe des troupes de chanteurs, de ballets et d’orchestres. L’Académie royale devient très vite un divertissement en vogue, ayant pour objectif de promouvoir l’opéra français dans les villes royales et à Paris. L’Opéra se finance soi même grâce à ses recettes propres, cependant après la Révolution Française, l’Etat accepte d’aider financièrement. Lully, directeur de l’Académie (1672 à 1687), accepte de composer 20 ouvrages dont quelques pièces de théâtre en musique.

Un divertissement exclusivement réservé à la Cour, L’art chorégraphique se popularise au fil du temps, grâce à L’Académie.

Les deux siècles qui suivent la création de l’Opéra, celle-ci fut changé 11 fois des lieux.

  • 1670-72 : les salles de la Bouteille

  • 1672-73 : les salles du Jeu de paume

  • 1673-1763 : le Palais-Royal

  • 1764-70 : les salles des Machines

  • 1770-1781 : encore une fois le Palais-Royal

  • 1781 : Les salles des Menus-Plaisirs

  • 1781-1794: Les salles de la Porte Saint-Martin

  • 1794-1820: les salles de la rue Richelieu

  • 1820 : les salles du Théâtre Louvois

  • 1820-21: les salles Favart

  • et pour finir de 1821 à 1873 : les salles du Peletier

Au fil des siècles, le Ballet qui était autrefois occupé par des hommes devient un mouvement unisexe.

Personnages connus à l’Académie

  • En 1733, Jean-Philippe Rameau commence sa carrière à l’Académie Royale de Musique : il débute par une tragédie lyrique composée par Racine (Hippolyte et Aricie). Cette représentation fut un chef d’oeuvre incontesté, ce qui lui permis de devenir le compositeur de l’Académie.

  • Quelques oeuvres de Christoph Willibald Gluck comme Iphigénie, Orphée et Eurydice sont représentées à l’Académie Royale de Musique : c’est un nouvel élan dans l’art lyrique.

  • Jean-Georges Noverre, créateur du ballet moderne imposa sa vision d’un Ballet narratif, où la danse exprime une histoire sur scène.

  • En 1782, quelques drames tels que Faniska (1806), Crescendo (1810) et Ali-Baba et les Quarante Voleurs (1833) furent des succès et ont été composés par le célèbre Luigi Cherubini.

  • Gioacchino Rossini compose ses dernières oeuvres pour l’Académie : Le Comte Ory et Guillaume Tell (1829).

  • L’émergence du Grand opéra français sera marqué par la collaboration de Daniel-François et d’Eugène Scribe qui créa l’Opéra La Muette de Portici. D’ailleurs, leurs noms représentent les 2 rues qui mènent au Palais Garnier

  • En 1845, la célèbre oeuvre La Juive créée par Jacques Fromental Halévy marque un triomphe à l’Opéra de Paris.

D’autres personnages ont bien évidemment contribués aux oeuvres de l’Opéra de Paris.

Aujourd’hui, L’Opéra national de Paris, est à la tête de l’Opéra de Paris. Cet établissement public créé en 1994, est encadré par le ministère de la Culture. Ce dernier a pour tâche de populariser les oeuvres du patrimoine lyrique et chorégraphique et ainsi d’encourager le mouvement contemporain. Son école de danse ainsi que son centre de formation d’art ludique permettent d’apporter une formation professionnelle aux chanteurs et aux danseurs.

Site officiel : https://www.operadeparis.fr/

Poursuivre la lecture :